LYRICS

Paroles : Domaine public
Musique : Denis Massé / Pascal Veillette / Dominic Lemieux
Adaptation : Les Tireux d’Roches

L’alouette et le marlot
Qui voulaient se marier
Ils voulaient se marier
Mais n’ont pas de pain pour le déjeuner

Je vois venir un corbeau
À son bec un beau pain chaud
Du pain nous en avons bien
Mais d’la viande nous en avons point

Je vois venir un héron
Sous son aile un gros jambon
De la viande nous en avons bien
Mais du vin nous en avons point

Jolie jolivette, joli joliveau
À mon oiseau qu’il est beau

Je vois venir une souris
À son cou porte un baril
Du vin nous en avons bien
Des belles filles nous en avons point

Je vois venir une hirondelle
Sur son dos quatre demoiselles
Des d’moiselles nous en avons bien
Des garçons nous en avons point

Jolie jolivette, joli joliveau
À mon oiseau qu’il est beau

Je vois venir un pigeon
Sur son dos quatre beaux garçons
Des garçons nous en avons bien
D’la musique nous en avons point

Je vois venir un gros rat
Un tambour en d’sous du bras
D’la musique nous en avons bien
Et du chat vous garantissez rien

Et du chat on garantira
De la chatte tu te méfieras
La chatte descend du grenier
À son cou tout tambourinée

Jolie jolivette, joli joliveau
À mon oiseau qu’il est beau
Jolie jolivette, joli joliveau
À mon oiseau qu’il est beau
Jolie jolivette, joli joliveau
À mon oiseau qu’il est beau

Paroles : Domaine public / Denis Massé
Musique : Denis Massé / Pascal Veillette
Adaptation : Les Tireux d’Roches

C’était une vieille bonne femme s’en va en naviguant (bis)
Avec sa queue de chemise mettait les voiles au vent

Camarades quand y a, quand y a
Camarades quand y a bien

Lorsqu’elle arrive à terre tombe s’a pince du canot
La bonne femme en colère, jette le matelot su’ l’dos

Camarades quand y a, quand y a
Camarades quand y a bien

Le v’là les pattes en l’air pis les deux fesses à l’eau
Arrive à s’virer d’bord, r’mit le bateau à flot

Camarades quand y a, quand y a
Camarades quand y a bien

Pis il rama si fort, les bouillons sortaient de l’eau
Les femmes qui étaient su’ l’bord, y r’gardaient les guerlots

Camarades quand y a, quand y a
Camarades quand y a bien

Les femmes qui étaient su’ l’bord, y r’gardaient les guerlots
Celle qui voyait pas clair, ben elle était pas manchot

Camarades quand y a, quand y a
Camarades quand y a bien

Paroles et musique : Dominic Lemieux
Adaptation : Les Tireux d’Roches

Entrez, entrez mesdames, entrez dans la veillée
Ne craignez pas le charme de ces garçons esseulés
Faites quelques pas de danse, ne soyez pas gênées
Ne fuyez pas la romance et laissez-vous inviter

C’est à grands coups de rames que nous avons traversé
Venus de la Bretagne, c’est pour s’y marier
Laissez tomber la méfiance, laissez-moi vous raconter
Je vous ferai confidence de mes amours achevées

Si je fais la grande demande, saurez-vous l’accepter
Enfin vous laissez prendre par mes amours et ma bonté
Laissez-moi au moins la chance, de vous prendre par la main
Sinon vers la France je repartirai demain

Paroles : Domaine public / Dominic Lemieux / Denis Massé
Musique : Domaine public / Dominic Lemieux / Denis Massé
Adaptation : Les Tireux d’Roches

Sur le bord du St-Laurent
Sur le pont c’est l’amour qui la prend
Sur le bord du St-Laurent
Il y a trois jolies filles

Et la plus jeune part par devant
Sur le pont c’est l’amour qui la prend
Et la plus jeune part par devant
Les autres par derrière

N’avez-vous pas vu mon amant
Sur le pont c’est l’amour qui la prend
N’avez-vous pas vu mon amant
Au milieu de ces îles

Oui je l’ai vu, lui ai parlé
Sur le pont c’est l’amour qui la prend
Oui je l’ai vu, lui ai parlé
Ne sait quand il reviendra

Quand la plus jeune entend cela
Sur le pont c’est l’amour qui la prend
Quand la plus jeune entend cela
Malade elle tomba

Faites venir le médecin
Sur le pont c’est l’amour qui la prend
Faites venir le médecin
Le meilleur de la ville

Le médecin en la voyant
Sur le pont c’est l’amour qui la prend
Le médecin en la voyant
Connut sa maladie

Mariez-la car il est temps
Sur le pont c’est l’amour qui la prend
Mariez-la car il est temps
Son mal sera guéri

Quand la plus jeune entend cela
Sur le pont c’est l’amour qui la prend
Quand la plus jeune entend cela
Soudain se mit à rire

Paroles : Domaine public / Denis Massé
Musique : Denis Massé / Pascal Veillette / Dominic Lemieux
Adaptation : Les Tireux d’Roches

Il est tentant son père
Grand temps de la marier

Elle dit nous n’avons pas d’argent (bis)
Mais nous avons du froment (bis)
Que ne le vendiez-vous
Que n’me mariez-vous

Il est tentant son père
Grand temps de la marier

Elle dit nous n’avons pas d’habit (bis)
Mais nous avons des brebis (bis)
Que ne les tondiez-vous
Que n’me mariez-vous

Il est tentant son père
Grand temps de la marier

Elle dit nous n’avons pas de maison (bis)
Mais nous avons celle du cochon (bis)
Que ne la balayez-vous
Que n’me mariez-vous

Il est tentant son père
Grand temps de la marier

Elle dit nous n’avons pas d’amants (bis)
Mais nous avons le gros Jean (bis)
Que n’lui parliez-vous
Que n’me mariez-vous

Il est tentant son père
Grand temps de la marier
Il est tentant son père
Grand temps de la marier
Il est tentant son père
Grand temps de la marier
Il est tentant son père
Il est grand temps de la marier

Paroles : Denis Massé / David Robert
Musique : Denis Massé / Pascal Veillette
Adaptation : Les Tireux d’Roches

Quand y va voir la belle
Rendue à ses 20 ans (bis)
La prend par surprise
Enlève la chemise
Aux premiers amours
Un p’tit verre de rouge

C’est du vin nouveau vidons la bouteille
C’est du vin nouveau vidons le tonneau
C’est du vin nouveau vidons le tonneau

Quand y va voir sa mie
Rendue à ses 30 ans (bis)
Il rentre par derrière
Un peu tard le soère
Quand dorment les enfants
Deux p’tits verres de blanc

C’est du vin nouveau vidons la bouteille
C’est du vin nouveau vidons le tonneau
C’est du vin nouveau vidons le tonneau

Quand y va voir sa femme
Rendue à 40 ans (bis)
C’est elle qui le prend
L’assit sur le divan
Lui dit à l’oreille
Je veux la bouteille

C’est du vin nouveau vidons la bouteille
C’est du vin nouveau vidons le tonneau
C’est du vin nouveau vidons le tonneau

Quand y va voir mémère
À 70 ans (bis)
La prend par des pincettes
En dessous des couvertes
Restent bien au chaud
Emmène le tonneau

Quand y va voir sa veuve
Rendu au firmament (bis)
Apprend dans ses prières
Que tout ce qu’elle espère
C’est un Français
Et son Beaujolais

C’est du vin nouveau vidons la bouteille
C’est du vin nouveau vidons le tonneau
C’est du vin nouveau vidons le tonneau

(Call)
Changez de jupons, payez vos pensions
Pis trois par trois on se prend par le bras
Pis quatre par quatre on tire d’la patte
On vire de bord on se trompe encore

On se rentre le ventre, on refoule au centre
Changez de compagnie pis d’assurance-vie
Prenez-la par la taille et que ça viraille
Pis swing le jupon, vends ta maison

Paroles : Denis Massé
Musique : Denis Massé / Luc Murphy
Adaptation : Les Tireux d’Roches

Tavernier, tavernier
Dis-moé combien j’te doé
Combien les pots cassés
Pis la dernière tournée
En attendant j’ai pas d’argent
J’n’aurai après le chantier
J’te paierai en r’venant
À kek part au mois de mai

Cordonnier, cordonnier
C’tu vrai qu’té mal chaussé
Parce que moé mes souliers
Ont beaucoup voyagé
À force de taper du talon
Au son du p’tit accordéon
J’te prendrais deux lacets
Je paierai en coups de soufflet

Épicier, épicier
Combien ton sac de blé
Dis-moé qu’essé qu’y arrive
Avec le prix de la livre
Parce qu’en bout de ligne moi j’manque de cash
Paraît que je vaux moins qu’la vache
C’est c’que dit le PIB
Ils l’ont dit dans ma télé

Oh meunier beau meunier
S’cuse-moé de t’réveiller
À kek part dans le folklore
On dit « meunier tu dors »
Peux-tu m’avancer d’la farine
Pour m’éviter la famine
J’en aurai des dollars
Quand j’vendrai mes records

Dis-moé donc mon cher curé
Du haut de la chaire endimanchée
Auriez-vous la bonté
D’avoir une p’tite prière pour moé
Si j’aboutis dans les abîmes
M’rembourserez-vous ma dîme
Car moé avant de crever
Je rembourserais le cordonnier
Je rembourserais le meunier
Je rembourserais l’épicier

Tavernier, tavernier
Encore une autre tournée !

Paroles : Domaine public / Denis Massé
Musique : Denis Massé / Pascal Veillette
Adaptation : Les Tireux d’Roches

Ce sont les Filles des forges
Les forges du canton (bis)

Elles s’en vont à confesse
Au curé du canton
Elles s’en vont à confesse
Falaridon (bis)

Qu’avez-vous fait les filles
Pour demander pardon (bis)

J’avions couru la noce
Sous habits de garçons
J’avions couru la noce
Falaridon (bis)

Allez-vous-en les filles
Y a point d’absolution (bis)

Elles s’en vont à l’auberge
À l’auberge du canton
Elles s’en vont à l’auberge
Falaridon (bis)

Apportez quinze bouteilles
Du cidre et du vin bon (bis)

Elles ont bu quinze bouteilles
Sans savoir si y était bon
Elles ont bu quinze bouteilles
Falaridon (bis)

Apportez la seizième
Et nous la goûterons (bis)

Donnez la dix-septième
Redoublez la ration
Donnez la dix-septième
Falaridon (bis)

Paroles et musique : Denis Massé

Wôlà
Je vire de bord
Pendant qu’y est pas trop tard
Moi j’arrête là
Pis je sors dehors
Le soleil brille encore

J’ai fermé mes réseaux sociaux
Ça m’engourdit le cerveau
J’tanné d’voir la face de ton chien
Ton humeur du matin
J’ai vendu ma télévision
Parce que j’trouve le temps long
J’ai l’impression d’être un robot
Qui bouffe des commerciaux

Wôlà
Je vire de bord
Pendant qu’y est pas trop tard
Moi j’arrête là
Pis je sors dehors
Le soleil brille encore

J’ai éteint la radio
Depuis qu’ma langue est un ratio
Toujours les mêmes chansons
Qui tournent su’é mêmes stations
J’ai chiffonné le journal
J’tanné de voir les scandales
Mais au moins ça me fait du papier
Pour partir le foyer

Wôlà
Je vire de bord
Pendant qu’y est pas trop tard
Moi j’arrête là
Pis je sors dehors
Le soleil brille encore

J’ai fermé l’téléphone
Y paraît qu’on m’espionne
J’aime mieux parler aux p’tits oiseaux
Quoiqu’y ont p’t’être des micros

Wôlà
Je vire de bord
Pendant qu’y est pas trop tard
Moi j’arrête là
Pis je sors dehors
Le soleil brille encore